Abonnement
Aux origines de Dieu
Fortes de 4 milliards d’individus, les religions monothéistes constituent le premier groupe spirituel au monde. Et si leur emprise sociale décline, du moins en Europe, le sentiment religieux, lui, s’incarne dans des formes toujours plus variées et gagnent en importance dans les débats publics. Dieu est partout. Peut-être même dans l'objet céleste arraché par Hubble à l'infini cosmos. L'image de la nébuleuse de l'Hélice est souvent comparée à l'oeil de Dieu.

Mais où, comment et pourquoi est né le monothéisme ? Ce numéro des Cahiers de Science&Vie, qui fait suite à celui sur les origines du sacré et des dieux, paru l’été dernier, s’attache à montrer comment et pourquoi dès leur naissance, le judaïsme, le christianisme et l’islam, en interaction permanente les uns avec les autres ont bouleversé les sociétés humaines.

Dès le IVe millénaire avant notre ère, de nouvelles formes religieuses polythéistes vont se développer en Egypte, en Mésopotamie et bien plus tard en Grèce minoenne, sans que l’on puisse dire qui, de la nouvelle religiosité ou de l’urbanisation, a entraîné l’autre. Mais à partir du XIVe siècle avant J.-C., des civilisations vont rompre avec les divinités traditionnelles pour imposer un dieu unique : le pharaon Akhenaton prônera le culte exclusif d’Aton, le dieu lumière et bouleversera les traditions égyptiennes. Plusieurs siècles avant le judaïsme, au Moyen-Orient, les Perses vouaient un culte pour Zarathoustra, qui deviendra religion d’Etat… Peut-on alors supposer que ces croyances monothéistes sont les prémices des religions d’aujourd’hui ?

Un Dieu, trois paroles, deux Prophètes et un Messie. La parole divine a été transmise aux hommes par l’intermédiaire de messagers qui furent à l’origine des trois religions bibliques. Judaïsme, Christianisme et Islam présentent autant de différences que de similitudes. Comment ces religions du Livre sont-elles apparues ?

Chacune des religions monothéistes prétend détenir la vérité absolue. Guerres et conflits émaillent leur histoire. Le monothéisme est-il intolérant par nature ? Dans le monde contemporain, l’association de l’Islam et de la violence peut paraître aller de soi. Peut-on réellement dire que l’Islam prône la violence ?

Avec des interviews de Marie-Françoise Baslez, historienne et professeure d’histoire des religions à la Sorbonne-Paris IV, et Jean-Paul Willaime, sociologue des religions, directeur d’études à l’École pratique des hautes études.

Cahiers de Science&Vie n° 131 - Juillet 2012 - Parution : 25/07/12 - 5,95 €.
Publié le 7 août 2012
Les commentaires

Dommage que les deux auteurs ne semblent pas dépasser leur spécialité, en s'intéressant à l'origine psychologique, éducative et culturelle de la foi, ainsi qu'aux hypothèses explicatives, par IRM fonctionnelle notamment, de sa fréquente persistance dans les neurones du cerveau émotionnel, puis rationnel :
http://michel.thys.over-blog.org/article-une-approche-inhabituelle-neuroscientifique-du-phenomene-religieux-62040993.html

Par Michel THYS le 08/08/2012 à 12:41