Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Abonnement
Services
La nouvelle bête noire des petits commerçants
Nommé à la tête de la société chargée de percevoir les droits des compositeurs de musique auprès des bars, des restaurants, des dentistes ou des salons de coiffure, Jean-Noël Tronc a fort à faire avec la récente décision de la Cour de justice européenne. Celle-ci a en effet estimé que les prélèvements perçus sur les radio suffisaient et qu'ils n'avaient pas à s'aditionner à d'autres prélèvements directs.

Mais ce n'est pas tout. Les recettes sont en baisse à l'instar des droits tirés de la vente de CD qui sont passés de 149 millions d'euros en 2003 à 80 millions l'an passé. Et comme si cela ne suffisait pas, Bruxelle commence à imposer la concurrence entre les sociétés d'auteurs européennes...

Le nouveau promu devrait aussi réduire le train de vie de la SACEM qui engloutit 20 % de ses recettes en frais de gestion... Et de commencer par son salaire qui sera près de deux fois moins élevé que celui de Bernard Miyet, son prédécesseur. Soit tout de même 400 000 euros... l'équivalent du salaire du patron de la SNCF.

Retrouver cet article dans Capital d'Août 2012.
Publié le 11 août 2012