Abonnement
L'Unapei entend démonter les préjugés sur l'emploi et le handicap cognitif
A l'occasion de la Semaine pour l'Emploi des Personnes Handicapées, l'Unapei se propose de démonter cinq préjugés sur le handicap et le travail et de montrer à travers des situations concrètes qu'une personne en situation de handicap cognitif a toute sa place sur le marché de l'emploi.

Très souvent, le handicap cognitif (altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions cognitives résultant d'un dysfonctionnement cérébral, quelle qu'en soit l'étiologie) parce qu'il reste méconnu, inquiète, explique l'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées et de leurs amis. Victimes de préjugés, les personnes handicapées peuvent être perçues comme peu capables et sont les plus éloignées du marché du travail classique. Pourtant chaque personne devrait pouvoir construire son projet professionnel et s'orienter vers une entreprise ou un établissement de travail, adapté à ses souhaits et ses compétences.

Il y a plus de 50 ans, les associations Unapei ont inventé le travail protégé. Aujourd'hui, premier acteur du secteur protégé avec 600 Esat (établissement et service d'aide par le travail) et 120 entreprises adaptées, l'Unapei continue d'innover pour proposer de nouvelles façons d'accéder au travail pour les personnes handicapées. Sans renoncer aux solutions adaptées pour tous, elle s'est concrètement engagée dès 2003 en faveur de l'emploi accompagné avec la création des SISEP (service d'insertion sociale et professionnelle), dont la mission prioritaire est l'accompagnement d'adultes vers l'insertion professionnelle en milieu ordinaire de travail ou dans des structures médico-sociales.

Multiplication des partenariats avec les entreprises, diversification de la palette de services proposées aux travailleurs, formation, validation des acquis et de l'expérience, accompagnement professionnel et social, autant de dispositifs qui visent à répondre aux besoins et motivations de chacun tout en sécurisant les parcours au maximum. « C'est une logique, entre travail protégé et société inclusive, qui doit nous conduire, aujourd'hui, à élargir la palette des possibles et à multiplier les passerelles vers le milieu ordinaire de travail. » déclare Luc Gateau, administrateur de l'Unapei, responsable de sa commission travail.

Mais ces actions positives doivent aussi être accompagnées de réponses politiques concrètes. L'inscription de l'emploi accompagné dans le code du travail cet été est une reconnaissance, mais comment entrer sur le marché du travail quand on n'a pas accès à l'éducation et à la formation continue ? L'Unapei milite pour une société inclusive et solidaire. Elle revendique le droit au travail pour les personnes handicapées. Son effectivité passe par un accès aux dispositifs de formations et aux apprentissages de droits communs. Ceci implique de rendre les contenus et les méthodes pédagogiques accessibles à tous (notamment en utilisant les techniques du facile à lire et à comprendre) et de généraliser la validation des acquis de l'expérience. Il est également nécessaire de soutenir le déploiement des dispositifs d'emploi accompagné pour que toutes les personnes handicapées bénéficient d'un suivi et d'un accompagnement adaptés à leurs souhaits et à leurs capacités, tout au long de leurs carrières professionnelles, sans barrières et sans secteur prédéterminé.

Télécharger le mini dossier ici : L'Unapei démonte les préjugés sur l'emploi et le handicap
Publié le 12 novembre 2016
SQ 250-300