Commentaires
Les 5 derniers commentaires
Abonnement
ACYMA : le dispositif d'assistance aux victimes d'actes de cyber-malveillance
Guillaume Poupard, Directeur général de l’ANSSI et Thierry Delville, Délégué ministériel aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces, viennent d'annoncer la mise en place d'un nouveau dispositif national d’assistance aux victimes d’actes de cybermalveillance baptisé ACYMA (Actions contre la cybermalveillance). 

Au regard de l’augmentation du nombre d’attaques informatiques, l’amélioration de la prévention et de l’assistance portée aux victimes d’actes de cybermalveillance - particuliers, entreprises et collectivités territoriales - constitue un objectif prioritaire partagé par l’ANSSI et le ministère de l’Intérieur. ACYMA est une des réponses proposées. Elle s’adresse aux particuliers et à toutes les entreprises et collectivités territoriales (hors OIV) et permettra de :
  • mettre en relation les victimes via une plate-forme numérique (ACYMA) avec des prestataires de proximité susceptibles de les assister techniquement,
  • mettre en place de campagnes de prévention et de sensibilisation à la sécurité du numérique, sur le modèle de la sécurité routière,
  • créer un observatoire du risque numérique permettant de l’anticiper.
Pour remplir ces objectifs, un Groupement d’intérêt public (GIP) permettant l’implication financière et opérationnelle d’acteurs privés sera constitué. Aux côtés d’un collège étatique, la convention constitutive prévoit trois collèges représentant les parties prenantes : consommateurs, prestataires de services de proximité et offreurs de solutions.

Concrètement, une victime d’un acte de cybermalveillance pourra se connecter sur une plateforme en ligne qui lui indiquera la marche à suivre. Grâce à ses réponses au questionnaire, elle sera orientée vers les prestataires de proximité susceptibles de répondre à son besoin technique. ACYMA fournira également des contenus de sensibilisation, développera des campagnes de prévention et créera un observatoire du risque numérique.

Elle sera lancée dans une phase pilote dans la région des Hauts de France. Michel Lanaspeze, directeur marketing Europe de l’Ouest chez Sophos, salue l’initiative de l’Etat et de l’ANSSI. "Les PME sont en effet souvent mal préparées à ces attaques, dont les conséquences peuvent être dévastatrices en l’absence de protections appropriées et de plans de continuité ou de reprise d’activité. La plupart de ces organisations n’ont au mieux qu’une seule personne en charge de la sécurité informatique, souvent aussi responsable de toute l’informatique interne, et il est donc précieux pour elles de disposer d’une telle assistance" argue-t-il. 
Publié le 1 février 2017
SQ 250-300