Abonnement
Logitech Harmony, le pilote du salon

Nous parlons sans cesse de convergence, d’associer des PC à des TV LCD, de multiplier les appareils de diffusion du salon. Et il en résulte un problème ergonomique majeur, la multiplication des télécommandes et la nécessité d’avoir fait une thèse pour piloter l’ensemble. Avec Harmony, Logitech vous propose une solution radicale, simple à utiliser et qui de surcroît va vous plaire particulièrement à vous, les internautes chevronnés.

Cela fait quelque temps maintenant que nous vous parlons de la diffusion des contenus dans le salon. Et vous êtes nombreux à lire ces articles. TV LCD, vidéo-projecteurs, PC home cinéma : le spectacle numérique à grand échelle vous séduit autant que nous. Alors se pose de plus en plus souvent la question du pilotage de tout cela. En ajoutant un Mini PC par ci, un enregistreur numérique par là, on finit rapidement par multiplier les télécommandes comme Jésus le pain. Et celles qui accompagnent les appareils issus de l’informatique sont la plupart du temps de piètre qualité. Il est clair qu’un des enjeux futurs sera d’interfacer convenablement la convergence.

Si la souris s’est révélée au fil des ans comme étant le meilleur moyen pour piloter l’informatique, aucun ingénieur n’a trouvé mieux que la télécommande pour l’électronique grand public. Logitech qui élargit son champ d’action vers ce secteur a donc acquis la société Intrigue pour quelques 25 millions de dollars. Ce fabricant canadien est spécialisé dans la télécommande intelligente avec une gamme nommée Harmony. Logitech a donc apposé son logo et s’est lancé dans le développement pour améliorer le concept initial qui est déjà génial.

Cognitif

Une télécommande universelle doit apprendre à se substituer à celles propriétaires. Pour cela il existait deux solutions, l’apprentissage direct des commandes par infrarouge ou l’entrée d’un code qui correspond aux fonctions. Apprendre les commandes une par une est bien trop fastidieux. Entrer les codes, c’est déjà plus pratique. Encore faut-il les connaître car ils ne sont pas toujours référencés ou indiqués. D’où l’idée de passer par une base de donnée géante qui serait accessible par Internet. Pour configurer la télécommande Harmony, il suffit d’aller sur le site, de rentrer le nom de son appareil puis de transférer les informations en USB. Plus fort encore, cette base de donnée s’enrichit automatiquement par ses utilisateurs. Si un appareil n’est pas référencé, il faut apprendre à la télécommande les fonctions par infrarouge. Elles sont ensuite vérifiées puis intégrées à la base. Cela conduit aujourd’hui à une liste qui contient presque tous les appareils existants même les marques les plus insolites. Dès qu’un nouveau modèle apparaît sur le marché, il sera rapidement intégré. Il faut ajouter à cela que la base regroupe aussi les fonctions PC particulièrement intéressantes pour nous. Les logiciels Media Center du marché (Microsoft, Pinnacle, Philips…) sont disponibles et de toute façon s’il en manquait un, vous pouvez l’apprendre via la télécommande. Si vous utiliser un PC home cinéma, vous pourrez alors piloter toutes les fonctions comme s’il s’agissait d’un appareil électronique grand public.

L’autre problème de la télécommande universelle vient de l’intégration des différents appareils. Il faut que les mêmes touches servent piloter tous les appareils et il faut que la télécommande bascule d’un mode à l’autre. Vous commencez par démarrer la platine DVD puis vous allumez la TV, etc. Les modèles les plus sophistiqués utilisent des macros qu’il faut programmer un peu comme dans Photoshop. C’est assez long à réaliser et rarement fonctionnel à 100 % car il faut paramétrer les intervalles, tenir compte de toutes les possibilités, etc. Harmony fonctionne par activité. Une fois que tous les appareils sont connus du configurateur, il suffit de définir l’activité comme Regarder un DVD par exemple. Le configurateur vous demande alors quels appareils sont impliqués et comment ils doivent être réglés. Sur la télécommande, il suffira d’appuyer sur la touche correspondante à l’activité pour que tous les appareils associés se mettent en route et que le DVD se lance. Ensuite, vous n’aurez accès qu’aux fonctions qui sont associées à cette activité indifféremment de l’appareil. L’avance rapide pilote la platine DVD, le volume, le son de la TV.

Soft & hard

Voilà, vous connaissez le principe, nous allons pouvoir entrer dans le détail du test. Nous vous proposons tout d’abord l’explication et la critique de l’outil Internet de configuration à l’aide d’un exemple d’installation concret. Ensuite, nous testerons les deux modèles les plus complets. Il s’agit de la 880 (US) / 885 (Europe) toute nouvelle avec écran couleur et de la 688, le modèle le plus consensuel.

Après avoir installé le logiciel fourni et branché la télécommande à l’aide du câble USB fourni, vous serez automatiquement dirigé vers le site Harmony. On vous demande alors de créer un compte avec un login et un password.

Pour notre test, voilà la configuration retenue qui est suffisamment compliquée pour valider le test.

Une TV LCD Phocus W30 : il s’agit d’un modèle récent fabriquer en Turquie et vendu seulement dans quelques pays européens.
Un vidéo-projecteur Toshiba MT-200 : un produit pour le coup répandu mais pénible à commander notamment pour la confirmation d’arrêt. Une Xbox modifiée : elle sert de Media Center pour diffuser le contenu du PC en WiFi. C’est un bon challenge que de la commander.
Une platine DVD Cambridge Audio 540D & un amplificateur audio-vidéo Cambridge Audio 540R : rien de tel que de la Hi-Fi anglaise pour des commandes alambiquées.
Un démodulateur satellite Topfield PVR 5500 : un démodulateur satellite doublé d’un enregistreur numérique à disque dur, c’est bien pour compliquer un peu le tout.

Entrée en matière

Première étape, on vous demande de quels appareils vous disposez. Le vidéo-projecteur n’étant pas dans la liste, il faut choisir la liste étendues et elle est vraiment impressionnante. Première bonne surprise, toutes les marques de notre configuration sont existantes. On vous demande ensuite le numéro du modèle. Pas de panique, il suffit d’entrer ce qu vous connaissez et la base va faire le tri. S’il y a une ambiguïté possible, on vous propose les choix existants qu’il suffit de valider en vérifiant. Pour la Xbox, le logiciel vous indique gentiment que pour commander la console, il faut avoir acheté la télécommande spécifique pour disposer du récepteur.

Définir les activités

Le configurateur vous propose maintenant des activités qui correspondent aux appareils que vous avez entrés. Vous choisissez celles qui vous paraissent correspondre et puis vous les configurer. Ensuite, vous pourrez en ajouter d’autres. Prenons par exemple l’activité Regarder un DVD.

On vous demande d’abord si vous voulez utiliser la Xbox ou la platine DVD Cambridge Audio. Vient ensuite le choix du diffuseur, TV ou projecteur. Projecteur donc dans notre cas. Ensuite, on vous demande quel appareil contrôle le volume de la TV ou de l’ampli. Ensuite, il faut indiquer les réglages d’entrée pour chaque appareil (Vidéo1, DVD, …). On répète cela pour chaque activité. S’il y a une erreur, il suffit de continuer, vous pourrez à la fin changer les réglages. Lorsque c’est fini, le logiciel transfère les réglages à la télécommande pour un premier essai.

Rectifier le tir

Dans notre cas, nous constatons qu’il y a des problèmes avec le réglage des entrées sur la TV et sur l’ampli audio-vidéo. Et le projecteur ne s’éteint pas car il s’attend à une confirmation qu’il ne reçoit pas. On choisit donc de changer ces réglages. Là le configurateur devient un peu confus dans l’identification du dit problème. Il aurait mieux valu laisser une possibilité de modifier à partir du menu général pour ceux qui comprennent la situation. Le mieux est cliquer sur Home et de choisir l’option Aller toujours sur le menu d’accueil. Vous vous retrouvez alors sur l’écran général de configuration dans lequel vous pouvez modifier un réglage, ajouter une commande ou une activité.

Ajout

Commençons par ajouter les activités qui nous manquent en l’occurrence Regarder la TV sur le projecteur. Une fois que c’est fait, il faut passer à la phase la plus pénible qui consiste à ajuster les réglages. Pour commencer, il faut s’occuper de ce qui ne fonctionne pas comme par exemple le choix de la source sur la TV. Il faut être sur AV3 mais ce n’est pas le cas. Vous cliquez donc sur Modifier l’activité. Tout d’abord, le configurateur vous résume les commandes. Vous les vérifiez et rectifiez si nécessaire. Ensuite, il propose des options comme notamment le délai entre deux commandes. Et c’est là que réside le problème du téléviseur Phocus. En tâtonnant, on arrive à trouver. Le principal problème de configuration vient d’ailleurs des commandes cycliques pilotées par un bouton de la télécommande d’origine. Et il s’agit le plus souvent de la sélection des source. Pour éteindre le vidéo projecteur, finalement plutôt que de faire compliqué, nous l’avons réglé sur Arrêt auto s’il n’y pas de signal ce qui fonctionne aussi.

A l’aide

Quels que soient les réglages, le choix de la source sur la TV ne marche pas à 100%. Sur l‘ampli, il arrive également une fois sur cinq à peu près que la source ne soit pas al bonne. Ce n’est pas grave. Si au démarrage d’une activité, il y a un problème. Il suffit d’appuyer sur la touche help de la télécommande. Via l’écran, elle vous demande alors si les appareils sont réglés sur la bonne source et de corriger le cas échéant. Ce n’est pas long et c’est surtout compréhensible même par la nounou.

Personnaliser

Maintenant ultime étape, il s’agit d’ajouter des commandes à celles proposées par le configurateur. En effet, si les fonctions de base sont enregistrées dans la base, des particularités comme par exemple l’entrée son sur l’amplificateur ne le sont pas. Pour cela, il existe deux solutions. Soit la commande est connue et il suffit de l’attribuer. Soit, elle ne l’est pas et il faut l’apprendre à la télécommande Harmony. Pour cela, il suffit de placer les deux commandes l’une derrière l’autre et d’appuyer sur les touches tel qu’on vous le dit.

Ensuite, si la commande ne correspond à aucune touche existante de la télécommande, vous pouvez attribuer un des boutons qui entourent l’écran et écrire le nom de la fonction sur l’écran. Par exemple, notre démodulateur satellite Topfield utilise des boutons de couleur aux fonctions multiples reprises par l’OSD. Nous les avons assignées de cette façon. Cependant, il faut reconnaître la plupart du temps, le choix des boutons est judicieux. Le principal intérêt du système d’activité c’est que la touche Programme change les programmes sur le démodulateur et Volume change le volume sur l’amplificateur de façon parfaitement transparente.

Ca marche

Voilà, la configuration est terminée et tout marche correctement. Nous avons mis environ deux heures pour notre installation qui est assez compliquée, il faut bien l’avouer. Mais la télécommande Harmony remplace six télécommandes dans cette solution ! Et à l’usage, tout le monde peut s’en servir. En cas de problème, il suffit de se laisser guider par l’aide. Les langues actuellement disponibles pour les commandes et le configurateur sont l’anglais, l’allemand, le français et l’espagnol.

Pour résumer, voici notre réglage par activités :


Harmony 880 / 885 : le vaisseau amiral

Elle vient de sortir au Etats Unis (880) et sera disponible en Europe mi-mai (885). C’est le premier modèle développé conjointement avec Logitech et ça se sent. L’objet est beau et sobre comme à l’accoutumé chez Logitech. La première chose qui frappe, c’est l’écran LCD couleur. La couleur n’est peut être pas indispensable mais elle implique un meilleur contraste pour une meilleure lisibilité. Les boutons de fonction sont harmonieusement intégrés aux courbes de la télécommande. Elle tient parfaitement en main et s’avère asse légère. Elle fonctionne sur accumulateur intégré et se recharge sur la base livrée. Il suffit de la laisser dessus au repos pour qu’elle se recharge. Comble de luxe, le rétro éclairage s’allume dès qu’on la prend en main et s’éteint dès qu’on la pose sur la table !

Pour l’écran L’écran est évidement le grand plus surtout si vous avez de nombreuses activités et des appareils compliqués. Vous pouvez mettre six entrées en même temps à l’écran soit six activités ou six commandes. Les icônes par défaut sont malheureusement sous le texte en blanc ce qui entrave un peu la lisibilité. Mais, vous pouvez personnaliser l’affichage. Lors de nos test, le configurateur était en version bêta et pas encore terminé de ce point de vue. Nous pouvions déjà changer le fond et le remplacer par une image quelconque. Il est même possible de mettre un slide show. Cependant, il vaut mieux y renoncer et opter pour une couleur uniforme car sinon la lecture est vraiment difficile. Pour faire un fond, il suffit de créer une image idoine dans Photoshop et de l’uploader par le configurateur. Dans la section, Thèmes, il est possible de changer l’apparence générale et notamment celle des icônes et du texte. A l’avenir, il sera possible de choisir des icônes et d’en créer.

Ergonomie racée Sinon, les touches sont disposées avec une grande logique. On apprécie tout particulièrement le pad central à quatre direction plus entrée qui permettent de commander efficacement les fonctions les plus utilisées. Seul reproche, la lisibilité des touches du bas n’est pas excellente même rétro éclairées, il faut avoir une bonne vue. Si les touches qui entourent l’écran sont très fines, elles sont incurvées pour que le doigt se repère simplement. C’est une question d’habitude mais le design à peut être pris le dessus sur l’ergonomie.

Il n’empêche que cette télécommande est très confortable. Vous la prenez en main et d’un coup d’oeil sur l’écran, vous avez toutes les activités disponibles, il n’y a plus qu’à appuyer sur le bouton correspondant. L’écran couleur de grande taille est un avantage certain. Toutes cette débauche a aussi un prix de 250 $ / 200 euros. Cependant, au regard de la prestation et en comparaison avec d’autres télécommandes haut de gamme, ce n’est pas abusif


Harmony 688 : le choix de raison

Voici le modèle le plus consensuel. Il est suffisamment complet pour répondre à toutes les exigences même avec les installations les plus sophistiquées. En revanche, elle fonctionne sur quatre piles dont la longévité n’est d’ailleurs pas très longue. Prévoyez un remplacement tous les deux mois si vous vous en servez fréquemment. L’écran est en noir et blanc et se contente de quatre champs pour les fonctions spécifiques à chaque appareil. C’est un peu moins pratique à l’usage sans que ce soit dramatique. Le look tout argent est d’ailleurs moins réussi que celui de la 880/5. Elle fait un peu plus cheap mais il existe également une version noire.

L’ergonomie prime En revanche, on retrouve les mêmes commandes placées tout aussi intelligemment voir encore mieux que sur la grande soeur. Si les boutons en caoutchouc sont moins jolis, ils offrent une meilleure préhension et se voient très bien notamment avec le rétro éclairage puissant. Piloter cette télécommande est toujours un plaisir. L’ergonomie est exceptionnelle.

Le bon choix ? Si vous n’avez pas des milliers de commandes personnalisées, la 688 est largement suffisante et même plus ergonomique que la 880 mais bon l’écran couleur et le look suffisent à me faire craquer pour le plus haut de gamme. L’écart de prix est de 100 euros en Europe et du coup la 688 représente clairement le bon compromis. Aux Etats Unis, il semble que la différence ne soit que de 50 dollars ce qui ferait pencher la balance ne faveur de la 880


680 : Media Center Edition

Vous avez ensuite le modèle 680 qui a été plus spécifiquement dessinée pour piloter un PC Media Center Microsoft. Il est vrai qu’on retrouve une disposition qui reprend celle de la télécommande Microsoft. Ce n’est intéressant que si vous utiliser votre Media Center dans le salon associé à un diffuseur. Dès que d’autres appareils comme un démodulateur satellite / TNT ou une chaîne home cinéma s’ajoutent, il faut mieux choisir un autre modèle. D’autant que toutes les autres télécommandes de la gamme commandent aussi bien le Media Center simplement avec une disposition différente des touches. L’équipement et le prix est le même que pour la 688.


675/6 : Media chic

Ensuite, nous avons la version sport 676 (USA) / 675 (EU). La disposition des touches est la même que sur la 680, le prix aussi (un peu moins cher en Europe de 20 euros), une question de look donc. Avec ses coques de couleur interchangeables, elle se destine aux fans du Media Center soucieux du respect des couleurs dans leur environnement.


655/9 : le moins disant

Enfin l’entrée de gamme, la 655 en Europe et la 659 aux US n’est pas vraiment recommandable car elle ne dispose pas du pad central si pratique. Au prix de 99 euros ou 149 $, elle est trop près du modèle supérieur pour être réellement intéressante. Quitte à acquérir une télécommande universelle et à s’investir dans sa programmation, autant que ce soit pour se faire plaisir.


Conclusion

L’idée d’une télécommande universelle capable de piloter tout ce qui se trouve dans le salon que ce soit de l’électronique grand public, des appareils spécialisés comme un démodulateur ou de l’informatique sous la forme d’un PC home cinéma a de quoi séduire. Il est vrai que dans quelque temps ne subsisteront dans le foyer que la souris et une télécommande. Harmony est une excellente solution pour tous ceux qui veulent profiter à fond du numérique en mélangeant composants traditionnels et informatiques. Le fonctionnement par activité est une idée de génie. C’est tellement plus simple d’appuyer sur une seule touche pour mettre tout en route que de procéder par appareil. De plus, la configuration sur Internet ne peut que plaire aux lecteurs de Tom’s parfaitement à l’aise avec la logique mise en place. D’autant que la base de données est vraiment impressionnante.

Certes, il reste encore de chose à parfaire. Il y a des réglages un peu compliqués comme les délais entre deux commandes. La logique du configurateur est parfois un peu alambiqués. Des choses aussi simples que de changer l’ordre des activités s’avère complexe à réaliser. Dans les langues autres que l’anglais, il manque encore de ci de là une traduction. Mais tout cela n’a rien de rédhibitoire.

Personnellement, je recommanderai la 880/5 car l’écran est un avantage évident tout comme la batterie rechargeable. Il faut juste prendre le temps de personnaliser l’écran pour qu’il soit plus lisible que ce qui est proposé d’origine. Pour ceux qui veulent faire des économies, la 688 offre le meilleur rapport qualité / prix. Par contre j’ai une requête personnelle. S’il était possible à l’heure de la mondialisation d’utiliser une terminologie commune quel que soit le continent, ça m’arrangerai.

Stéphane KAUFFMAN (Tom's Hardware Guide)

Publié le 13 mai 2005
SQ 250-300