Abonnement
ViewSonic VX924 : le futur proche de l’écran LCD

Très attendu, le VX924 affiche une latence record de 4 ms ! Basé sur l’overdrive, il représente le futur proche de la technologie des écrans LCD. Passé au banc d’essai, ce moniteur révèle bien des surprises et pas que des bonnes. Suivez le guide…

Après un premier essai concluant à 8 ms, ViewSonic récidive avec l’overdrive sur le VX924. Le VP191b/s nous avait emballé, alors naturellement, nous étions impatient de voir ce que cet écran avait dans le ventre. D’autant que les spécification sont alléchantes : 4 ms de latence (grey-to-grey). D’emblée, on peut se demander à quoi peut bien servir une latence aussi basse dans la mesure où l’écran tourne au mieux à 75 Hz, soit une image toutes les 13 ms, mais bon la spécification est là et de toute façon nous remesurons tout nous-même selon la même méthode pour tous les écrans. Et encore une fois l’expérience nous prouve que nous avons raison de le faire puisque le VX924 nous a réservé bien des surprises. Le prix malheureusement nous est encore inconnu mais nous ne manquerons pas de mettre à jour dès que nous saurons.

Viewsonic VX924 Diagonale 19 pouces Résolution native 1 280 x 1 024 Contraste 550 : 1 Luminosité 270 cd/m2 Latence 4 ms / GTG Couleurs NC Angles de visions H/V 160/160 Haut-parleurs Sans Connectique VGA, DVI Prix moyen NC

Sobre et efficace

Si vous êtes un habitué de ces pages, vous l’aurez remarqué, le VX924 est une copie d’un VX715 que nous testions il y a quelques temps. Bien qu’entièrement en plastique, le VX924 affiche un design propre et élégant. Les matériaux sont de bonnes factures. Pour une meilleure stabilité, le pied est en métal recouvert d’une plaque de plastique argenté. Le VX924 dispose d’un cache au dos permettant de masquer les connecteurs. Les fils sont quant à eux guidés par un passe câble camouflé dans le pied de l’appareil. Bref, c’est beau, propre et bien fini. C’est du ViewSonic.

Et la zone rouge ?

L’ergonomie du VX924 est correcte. Les boutons en façade sont faciles d’accès, avec des raccourcis pour la luminosité et le contraste. En revanche, et c’est une manie chez ViewSonic, les curseurs de réglages ne sont toujours pas gradués en pourcentage. Et c’est bien difficile de revenir à un réglage précédent sans avoir compté le nombre de clics effectués. C’est gênant pour les testeurs, un peu moins pour les utilisateurs encore que… Mais dans la mesure où çà ne coûte strictement rien, un petit effort serait le bienvenu. Sur le plan physique, l’écran est réglable en inclinaison avec un débattement limité. Heureusement, la hauteur de la dalle est bien choisie pour offrir une position de travail confortable.

Ce qu’il faut

On trouve sur le VX924 une double connectique VGA/DVI et un transformateur interne. C’est tout et c’est suffisant. Le DVI est le bienvenu car les tests en mode VGA ont mis en évidence une netteté un peu moindre sur cette entrée, comme nous le verrons plus tard.

Le VX924 est bien fini et suffisamment bien équipé pour une utilisation courante. Voyons les performances.

Haut en couleurs

Les couleurs sont bien respectées. Notons toutefois que le mode sRGB n’a pas donné de résultats satisfaisants. Nous avons donc du revoir les réglages à la main pour obtenir cette courbe. En l’absence de graduations, il nous est difficile de vous communiquer le réglage optimal si ce n’est évidemment la température : 6500K, vous vous en seriez douté.

Black is black…

Point noir Point blanc Contraste VX924 0,26 159 611 :1 VP191b 0.34 220 647: 1 L90D+ 0,39 259 664 :1

Ces valeurs sont obtenues au point de calibration, c’est à dire avec les réglages de luminosité, de contraste et de couleurs offrant la meilleure courbe de calibration. Lorsqu’on s’éloigne de ce point de calibration en touchant au contraste et/ou à la luminosité, la courbe de calibration se dégrade.

Le VX924 est le meilleur moniteur que nous ayons vu depuis longtemps de ce point de vue. Le noir est très profond (0,26 cd/m2) avec une luminosité bien dosée, pas aveuglante de 159 cd/m2. C’est vraiment bien vu à une heure où la plupart des constructeurs poussent leur luminosité à outrance au détriment de l’agrément d’utilisation. Le contraste résultant est excellent. Il reste comparable à ce qui se fait de mieux au rayon des LCD qu’on peu acheter sans s’endetter sur trois générations.

Nous avons ensuite mesuré la stabilité du contraste lorsqu’on change la luminosité de la dalle.

Dans la théorie, luminosité et contraste sont deux paramètres indépendants et une bonne tenue du contraste est exigée quel que soit le réglage de luminosité. Ce n'est malheureusement pas le cas dans la pratique. En abscisse, le réglage de luminosité, en ordonnée, le contraste. Le contraste est ici exprimé en pourcentage de la valeur maximale du contraste mesuré selon la norme ANSI.

C’est classique chez ViewSonic, le VX924 se comporte admirablement bien.

Uniformité spatiale

Nous avons mesuré l'uniformité de l'éclairage.

Nous réglons la dalle sur 50 % de luminosité, 50 % de contraste et nous mesurons l'uniformité de l'éclairage dans une image blanche quadrillée en 64 zones de taille égale : le point le plus lumineux est considéré comme le point 100 %, la valeur du noir précédemment mesurée est considérée comme 0 %, les autres valeurs mesurées sont étalées ensuite.

De ce point de vue, le VX924 est plus que parfait. L’intensité lumineuse est très uniforme. Effectivement, on ne constate aucun halo lumineux disgracieux dans la pratique.

Latence : pas d’accord !

4 ms même en GTG, c’est incroyable. Eh bien justement, ça l’est.

Il faut cependant nuancer ces résultats. Nos mesures de temps de descente ont conduit à des valeurs très faibles, inférieures parfois à la milliseconde. Ce qui veut dire que la rémanence d’un objet clair sur fond noir a quasiment disparu. Et en soi, c’est déjà un résultat impressionnant. C’est ce que nous constatons par exemple lorsqu’on déplace la souris sur le bureau du PC. Il n’y a aucune traînée, aucune perte de luminosité du curseur, rien.

Tout dépend en fait de ce que vous faîtes de votre écran. Dans la mesure où ce phénomène est transitoire, la qualité statique n’en est pas affectée. Ainsi, le dessin ou la retouche d’image ne souffriront pas de ce phénomène. Pour les joueurs, l’impact devrait être limité puisqu’on fait naturellement moins attention à la précision des couleurs lorsque le jeu est rapide. Par contre, c’est en terme de performance multimédia pour la vidéo notamment que cela risque d’être nuisible. C’est ce que nous avons constaté lors des scènes présentant tout simplement un dégagement de fumée à l’écran. La fumée apparaît de façon diffuse, son niveau de gris est moyen, du coup on constate beaucoup de bruit vidéo parce que les états intermédiaires sont plus clairs que la teinte finale.

De l’oscilloscope aux yeux

L’utilisation du VX924 en tant que moniteur de travail pour la bureautique est agréable. Une connexion en DVI est cependant préférable car le VGA est moins net. Les angles de vision sont confortables et la luminosité est pour une fois bien dosée, de quoi travailler dessus pendant des heures sans s’exploser la rétine.

Pour le jeu vidéo, pas de problème non plus, le moniteur est très réactif, surtout dans les transitions franches. Mais l’écart avec le VP191b/s n’est pas flagrant. En revanche, il y a quand même une amélioration notable par rapport aux dalles classiques 8 ms, Hyundai L90D+ et consort. Le manque de précision dans les états transitoires n’est pas vraiment gênant.

En revanche, la vidéo est assez médiocre. On constate beaucoup de bruit sur les scènes présentant de la fumée ou certains gradients de couleurs, comme un couché de soleil par exemple. C’est assez pénible et nettement moins bien que sur un ViewSonic VP191b/s dans tous les cas.

Conclusion

Le VX924 est un bon moniteur pour jouer. Il est rapide mais pas très précis. Avec une latence annoncée à 4ms, c’est la moindre des choses. Ses qualités statiques sont tout aussi excellentes avec une luminosité bien dosée et un noir très profond. Mais le bruit vidéo est rédhibitoire pour ceux qui utilisent leur PC pour regarder de l’image animée soit la majorité des utilisateurs. Finalement, le VP191b/s représente une solution bien plus polyvalente surtout dans la mesure où le gain de latence avec le VX924 est discutable comme nous l’avons vu. Les 4 ms tiennent plus de l’artefact de mesure que de la vraie performance puisque la précision n’est pas au rendez-vous. Il semblerait donc que le VX924 paye dans les films le prix d’un overdrive trop agressif. Si c’est vrai pour ce modèle, il est trop tôt pour généraliser. Nous attendons d’autres dalles basées sur cette technologie pour comparer.

Néanmoins, la démarche des constructeurs en ce qui concerne la mesure et la spécification de la latence est de plus en plus douteuse. Il n’y a plus aucune réalité derrière ces chiffres. Avant, ils étaient excessifs et ne reflétait pas la réalité mais pouvait au moins se comparer. Alors que là… Nous continuerons donc à mesurer par nous même la latence de toutes les dalles (téléviseurs LCD y compris).

Par : Benoît PUPONT (Tom's Hardware Guide)
Cliquez ICI pour l'intégralité des tests

Publié le 26 mai 2005
SQ 250-300