Abonnement
Télécommande universelle Logitech Harmony 555

Le jour ou Logitech a présenté sa première télécommande Harmony (suite au rachat de la société éponyme qui les concevait et les distribuait), nombreux ont été les sceptiques... Pourquoi ? Car le paramétrage se faisait exclusivement via une interface Web, à l'aide d'un module Internet spécifique à la marque... Et pourtant la mise en œuvre, qui semble d'un premier abord intimidante, s'avère en fait d'une souplesse incroyable. Et le module de gestion a été particulièrement bien pensé.

La télécommande universelle Logitech Harmony 555 est la troisième dans le genre à passer entre les mains de toute une famille. Car c’est bien là que réside le but ultime d’une télécommande, être abordable par tout le monde, des enfants au chef de famille en charge de la gestion précise du système home-cinéma. Pour que cette gestion soit optimale, les télécommandes Harmony utilisent une interface Internet et nous allons voir que ce nouveau modèle, outre une esthétique des plus réussies, est d’un usage quotidien des plus agréables.

Nouvelles procédures pour plus de simplicité

Pour cette nouvelle série 555, Logitech a toutefois changé sa façon de faire. Le nouveau logiciel est désormais "gérable" en local, tout en conservant cependant un lien actif vers la base de données Logitech Harmony.
Autre différence: Logitech, ayant certainement reçu des remarques sur l'apparente complexité des premiers paramétrage, propose - voir impose - un assistant de mise en route et de paramétrage. Probablement salvateur pour le novice, celui-ci s'avère toutefois pénible pour qui souhaite vraiment personnaliser de A à Z toutes les activités pilotables via la télécommande ... Bien heureusement l'assistant peut être contourné (cela dit la procédure de contournement est loin d'être évidente !)



Au premier coup d'oeil, on est impressionné par l'allure de la 555. Brillante l'esthétique et classieuse la finition noire laquée ! Fine, légère et d'une prise en main très agréable, la télécommande offre en plus un rétro-éclairage orangé du plus bel effet. Les touches sont organisées par blocs d'usages et proposent - comme il se doit - l'ensemble des commandes nécessaires pour un lecteur de DVD, un téléviseur et un décodeur câble / satellite. Pour des appareils plus "complexes" il convient de jouer avec les instructions, accessibles par blocs de 4 sur l'écran.

Paramétrage des appareils

La télécommande se branche sur l'un des ports USB de son ordinateur et le logiciel de gestion se met en route. Première étape: créer un compte sur la base de données Harmony avant de passer à la déclaration des différents appareils. Des appareils qui se retrouvent en général listés dans la base de donnée. Cependant, si cela n'est pas le cas, le module invite à actionner trois touches significatives de la télécommande originale (à remplacer par la 555). Ce, afin de vérifier quel "device" se rapproche le plus de l'appareil piloté... En cas d'inadéquation finale des fonctions dans cette phase de test, tout n'est pas perdu: le module autorise le remplacement des codes infrarouges par défaut par ceux de la télécommande originel. Evidemment, cela impose de détenir et d'avoir sous la main la télécommande d'origine...

Après cette première phase, et chaque fois que l'on effectue une modification, il faut lancer le module de transfert car pour l'heure tous les codes sont encore dans la base de données et pas encore dans la mémoire propre à la 555. Cette opération de transfert dure de 2 à 3 minutes.

La notion d'activité permet de tout envisager

Les appareils sont déclarés. Vous croyez en avoir fini ? Erreur, le plus important reste à faire... Il s'agit maintenant est d'optimiser l'usage de la télécommande à l'aide de deux notions à la fois complémentaires et interdépendantes : celle d'appareil (ou Device) et celle des activités.
Une activité dans le langage Harmony s'apparente à une macro-instruction dans Windows ou Excel, mais cela va bien plus loin. A l'aide de la technologie exclusive Smart State on peut regrouper tous les "devices" utiles voire absolument nécessaires à une activité particulière: Regarder la télévision, Ecouter un CD, Jouer à un jeu, Visionner un DVD, etc. A l'utilisateur de choisir ses propres activités en définissant au passage quels doivent être les appareils utiles et nécessaires en tant que lecteur source, diffuseur sonore et visuel.



Exemple pratique: si l'on crée l'activité « Visionner un DVD », un téléviseur, un lecteur de DVD et un amplificateur home-cinéma seront ainsi nécessaires. Il suffira ensuite d'activer l'activité « Visionner un DVD » pour mettre sous tension (ou au contraire éteindre) ces trois appareils; mais également de regrouper toutes les fonctions utiles sur le clavier, sans être obligé de sélectionner séquentiellement chacun des appareils. C'est à l'utilisateur de choisir pour chaque activité quel appareil doit être activé et quelle touche génère quelle instruction... Ce principe de base des activités est très puissant, mais il faut savoir que tout peut encore être personnalisé à ce niveau, des libellés à leur ordre d'apparition à l'écran.

La technologie Smart State pour un réel confort d'usage

Plus fort, la télécommande possède une technologie qui teste le bon état de fonctionnement de chaque appareil. Le cas de base: l'allumage de tous les appareils inscrits dans une activité donnée. Si l'un deux est déjà sous tension, la télécommande le détecte et, contrairement à la majorité des fonctions macro des autres télécommandes, l'appareil reste allumé et ne se met pas en veille. Au-delà des automatismes, les télécommandes Harmony avec SmartState savent gérer les cas particuliers. Cela fait toute la différence dans les mains des membres de la famille qui recherchent une véritable aide au pilotage.
Les macros associées aux activités deviennent en quelque sorte intelligentes, dans la mesure ou les actions ne sont déclenchées qu'à bon escient. Un principe du reste repris pour le module d'aide intégré à la télécommande. Ce dernier peut se révéler intéressant dans les premiers jours d'utilisation et ne posera des questions que sur les appareils actifs, en fonctions des actes enregistrés. Comme on l'a déjà dit, ce module peut être désactivé lorsque l'on maîtrise mieux l'usage des différentes fonctions.

Personnalisation des libellés

Que ce soit au niveau des appareils ou des activités on peut modifier les libellés des appareils et des fonctions, ainsi que l'ordre des fonctions sur l'écran de la télécommande. Il est également possible de réaliser l'apprentissage de codes qui ne seraient pas proposés par défaut. Certains de mes appareils par exemple possèdent des fonctions qui manquent à l'appel et qui me sont pourtant nécessaires. En quelques secondes j'ai pu rentrer les codes à l'aide de la télécommande originale, puis organiser le tout au sein des activités. Croyez-moi c'est plus simple de le faire, que d'expliquer comment cela fonctionne ...

C'est la troisième télécommande Harmony que nous testons en famille, et je dois une fois de plus confirmer que sa configuration poussée a tout du jeu amusant, alors qu'avec les autres il s'agit souvent d'une tâche pénible. Bien entendu cela impose de posséder une connexion Internet, mais ce principe se révèle au fil du temps extrêmement modulaire et facile à maîtriser... En outre, la capacité de la télécommande est suffisante pour enregistrer des appareils complexes et les différents modules de paramètres se montrent suffisamment complets pour que chacun puisse trouver une solution à son installation. La notion d'activité et son développement via le logiciel de gestion s'avèrent des plus conviviaux et offrent à tout type d'utilisateurs une gestion simple pour des configurations audio-vidéo parfois très complexes ! Du grand art ...
Capable de piloter en tout 15 appareils, l'Harmony 555 de Logitech est disponible - par exemple chez Pixmania - aux alentours des 130 euros. OK, la dépense n'est pas négligeable mais si vous possédez plus de 4 appareils audio-vidéo (TV, console, ampli, ordinateur, lecteur DVD, enregistreur DVD, magnétoscope, platine vinyle, etc.), cela en vaut vraiment la peine !

Pour retrouver l'intégralité de cet article, sur le site de notre partenaire DVDcritiques : Cliquez ICI

Publié le 29 juillet 2006
SQ 250-300